Trump poursuit les banques pour bloquer les barrettes de crédit essayant de contaminer ses déclarations de revenus

Par CCN: Le président Trump prend position contre Deutsche Bank et Capital One pour avoir participé à un plan frivole promulgué une nouvelle fois par les démocrates de la Chambre.

Cette fois, les libéraux cherchent à accéder aux archives financières du président, y compris à des données relatives à ses finances personnelles, à son entreprise et à ses déclarations de revenus longtemps réclamées. Les démocrates ont assigné à la fois Deutsche Bank et Capital One, ce qui, selon eux, pourrait apporter un nouvel éclairage sur les informations financières concernant le président.

Les démocrates veulent juste infliger des «dommages politiques» à Trump

Trump poursuit les deux banques en justice pour bloquer les assignations à comparaître, ce qui, dit-il, ne sert «à aucune fin légitime ni légale». Son équipe juridique et lui-même déclarent que les informations financières recherchées par les démocrates ne sont que pour infliger un «dommage politique» et que "Il n'y a aucune raison d'établir un but autre que politique."

Dans une déclaration, les représentants démocrates de la Californie, Adam Schiff et Maxine Waters, ont déclaré que Donald Trump avait toujours eu recours à des poursuites judiciaires pour "menacer" et intimider les gens, et qu'il était temps qu'il goûte à ses propres médicaments.

Modèle d'attaques

Ce que les démocrates ont montré à maintes reprises, c'est qu'ils sont incapables de briser leurs schémas. Quand attaquer quelqu'un ne fonctionne pas la première fois, il recommence et recommence.

D'abord, c'était le rapport Mueller. Environ deux années ont été consacrées à une action en justice futile (et illégale) qui coûtera en fin de compte aux contribuables américains entre 32 et 35 millions de dollars. Les conclusions du rapport Mueller ont abouti à ce que beaucoup d'entre nous savions déjà: qu'aucune collusion n'aurait eu lieu entre Trump ou ses collaborateurs et la Russie lors de l'élection présidentielle de 2016.

Le rapport travaillait plutôt contre les démocrates en apportant un éclairage nouveau sur les mauvaises relations de l’administration Obama, qui savait probablement que l’ingérence de la Russie était un facteur dans les élections et n’a fait que peu ou rien pour l’empêcher.

Malgré les conclusions du rapport, les démocrates refusent d'accepter les faits. Le procureur général William Barr a maintenant été soumis à une audience du Sénat afin de mettre l'affaire en suspens, tandis que Mueller a accepté de témoigner devant un comité de la Chambre.

Le président Trump brise le moule politique américain, ce qui explique sans doute pourquoi les démocrates le prennent pour cible. Trump a toujours refusé de publier ses déclarations de revenus, ce que de nombreux présidents ont fait par le passé. Trump a même fait remarquer que ses informations de déclaration de revenus ne concernaient personne et qu’il travaillait très dur pour payer «le moins d’impôts possible». À cela, on peut dire: «Zut, qui ne voudrait pas?

Trump a le droit de garder ses déclarations de revenus privées

Le fait demeure que les présidents et les candidats respectifs ne sont tenus par aucune loi de divulguer leurs déclarations de revenus. C’est tout simplement un geste de politesse auquel de nombreux candidats ont adhéré par le passé, mais aucune loi n’a obligé les présidents à le faire.

Par le passé, environ 34 candidats à la présidence et à la vice-présidence ont refusé de divulguer leurs déclarations de revenus, dont Gerald Ford, président après la démission de Richard Nixon.

Trump a raison de dire que ses déclarations de revenus sont sa propre entreprise. Ils sont le sien les déclarations de revenus, tout comme les déclarations de revenus d’un ami ou d’un voisin sont destinées à cet ami ou ce voisin et à personne d’autre. Un poste dans une fonction publique ne change rien à cela.

Depuis lors, plusieurs républicains sont venus aux côtés du président, affirmant que les démocrates "abusent de leur pouvoir" pour potentiellement le destituer de ses fonctions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *